James Robert House

James Robert House est Senior Lecturer au Département de français de la School of Modern Languages and Cultures de Leeds University et co-directeur de l’Institut des Etudes Coloniales et Postcoloniales de la même université. Docteur depuis 1997, sa thèse porte sur l’antiracisme et le discours antiraciste en France de 1900 à nos jours.

Domaine de recherche 

Les travaux de recherche de J. House portent essentiellement sur la mémoire de la guerre d’Algérie et sur l’histoire des bidonvilles de la période coloniale en Algérie, au Maroc et en France. Il étudie dans ces trois pays l’histoire de la gouvernance coloniale urbaine en se penchant plus particulièrement sur les problèmes de répression et de réforme. Il examine également l’histoire culturelle, politique et sociale des migrations coloniales et post coloniales en France et leur représentation dans les discours sociaux et politiques et de manière plus générale s’intéresse à l’histoire de l’antiracisme, de l’anticolonialisme et du racisme en France de 1890 à nos jours. 

 

Projet de recherche à la MMSH dans le cadre du LabexMed

Le séjour de J. House vise à mener une réflexion, informée par les études coloniales et postcoloniales, sur la construction et l’évolution de la visibilité sociale et politique de certains quartiers à Algers, Casablanca et Paris. J. House s’interrogera sur la place des bidonvilles dans la ville et plus particulièrement sur la manière dont certains bidonvilles sont « visibilisés » par le regard de l’Etat colonial, des acteurs européens, et des mouvements nationalistes, et ce qu’une telle étude peut apporter à la compréhension des liens complexes entre stigmatisation, ségrégation, marginalité, résistance et représentations mémorielles ultérieures.  Il réfléchira sur la construction de la visibilité politique et sociale de l’espace urbain et de leurs habitants, par quels acteurs, à partir de quels lieux, événements et logiques, et prendra en compte le décalage possible entre ces différents processus et représentations et les souvenirs du vécu des habitants eux-mêmes, signe des rapports de pouvoir. 

Conférences

  • 19 mars 2013, 10h – 17h30 : Visite sur site du grand Arenas, (visite proposée par l’association ancrage) .
  • 20 mars 2013, 9h30-16h : Visibilités et communications médiatiques des migrations en France, Salle PAF, MMSH.
  • 21 mars 2013, 10h-16h : Visibilités/Invisibilité, Mémoire/Patrimoine, Salle PAF, MMSH

Publications (liste sélective)

Ouvrage :

    2006 :   Co-authored with Neil MacMaster, Paris 1961: Algerians, State Terror, and Memory, Oxford University Press, 375pp.  (Translated in 2008 as Paris 1961. Les Algériens, la mémoire et la terreur d’Etat, Paris: Tallandier (trans. Christophe Jacquet). Arabic translation with Casbah Éditions, Algiers, September 2012.

Articles :

    2012 :   ‘L’impossible contrôle d’une ville coloniale? Casablanca, décembre 1952’, Genèses. Sciences sociales et histoire, 86 (2012), 79-104.

    2010 :   ‘Memory and the Creation of Solidarity during the Decolonization of Algeria’, Yale French Studies, Nos.118-19, pp.15-35.

Chercheurs invités 2013
James Robert House