Farida Souiah

Photographie de Farida Souiah

Chercheuse post-doctorante LabexMed,

UMR 7305 - Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES), 

Maison Méditerranéeen des Sciences de l'Homme

Courriel : farida.souiah@gmail.com

 

Projet de recherche 

Visa exigé. Les Algériens face aux procédures de demande de visa

Ce projet de recherche, interdisciplinaire, porte sur les politiques de visa en Algérie et la manière dont les individus et les collectifs (famille, voisinage, et autres groupes de solidarité) s’y confrontent. Il adopte une perspective de sociologie critique en considérant que le « droit à la mobilité » est un discriminant sociétal – créateur de frontières sociales – au niveau international, mais également au sein des sociétés touchées par les politiques de visa restrictives.

Le projet se structure autour de trois axes de recherche. Le premier axe est consacré aux politiques de visa et s’inscrit dans une perspective de sociologie des relations internationales. Comment la mobilité se construit comme enjeu politique national et international ? Comment les règles de mobilité, plus particulièrement les procédures d’octroi et de refus de visas, évoluent-elles ? Comment sont-elles négociées entre États et organisations aux niveaux bilatérale et multilatérale ? Le deuxième axe de recherche vise à mieux comprendre la manière dont les individus et les collectifs interprètent les obstacles à la mobilité et vivent l’asymétrie en matière de mobilité et la hiérarchisation des passeports (et donc des citoyennetés). Il s’inscrit dans une perspective d’anthropologie de la géopolitique quotidienne. Le troisième axe propose une analyse compréhensive des savoir-faire et des pouvoir-faire en matière de demande de visa et d’accès à la mobilité en analysant notamment l’économie de service licite et illicite qui s’est mise en place autour du système d’octroi et refus de visa et en développant une approche de sociologie des migrations et du transnationalisme.

Visa required. Algerians facing the visa application process

This interdisciplinary research project deals with visa policies and the way in which individuals and groups are confronted to the visa application process in Algeria. Taking on a critical sociology approach, I consider that “the right to mobility” is discriminatory and creates social borders at an international scale but also within the societies that are confronted to restrictive visa policies.

There are three lines of research. The first one is dedicated to visa policies and adopts a sociological approach to international relations. How does mobility become a political and diplomatic issue? How do mobility rules, in particular visa application processes change? How do states and international organizations negotiate mobility? The second line of research aims at a better understanding of the ways in which individuals and groups experience and interpret the mobility restrictions they face and the discriminatory nature of international mobility. The third line of research consists in a comprehensive analysis of know-hows regarding visa applications.

Discipline

Science politique, Sciences sociales des migrations

Domaines de recherche

  • Mobilités, Migrations, Migrations non-documentées, Harraga
  • Médiatisation et politisation des questions migratoires
  • Politiques migratoires, politiques de circulation
  • Maghreb – Algérie et Tunisie

Cursus

Qualifiée en 04 (science politique) aux fonctions de Maître de conférence. 

  • 2014-2017 : Chercheuse post-doctorante à la chaire « Religions, Migration, Diasporas » de l’ISSRC, Université de Lausanne, Suisse. 
  • 2012-2015 : Enseignante vacataire à la Faculté d’anthropologie, de sociologie et de science politique de l’Université Lumière Lyon 2
  • 2012-2014 : Attachée temporaire d’enseignement et de recherche, puis enseignante contractuelle en science politique, Université de Cergy-Pontoise.  
  • 2009-2014 : Doctorat (Ph.D) de science politique à l’Institut d’études politiques de Paris. Thèse intitulée « Les harraga en Algérie : émigration et contestation », sous la direction de Catherine Whitol de Wenden, soutenue le 6 décembre 2014.
  • 2009-2012 : Doctorante contractuelle avec charge d’enseignement à l’Institut d’études politiques de Paris
  • 2007-2009 : Master de politique comparée, spécialité monde musulman, à l’Institut d’études politiques de Paris.

Activités de recherche

  • Membre du comité de rédaction de Confluences Méditerranée

Publications

Articles dans des revues scientifiques à comité de lecture

« Le caricaturiste : humoriste, journaliste et artiste engagé. Le métier de caricaturiste en Algérie au prisme des œuvres de Hic et de Dilem consacrées aux “brûleurs” de frontières », L’Année du Maghreb, n° 15, 2016, p. 99-115.

[Avec Monika Salzbrunn et Simon Mastrangelo], « Les “brûleurs” de frontières dans la musique tunisienne. La migration non-documentée au prisme de chansons de rap et de mezoued », Afrique contemporaine, n° 244, 2015, p. 3-56.

« Les harraga algériens », Migrations Société, n°143, 2012, p. 105-120.

« L’Algérie made by China », Méditerranée, revue géographique des pays méditerranéens, n° 116, 2012, p. 139-145

Articles dans des revues scientifiques sans comité de lecture et diffusion des savoirs 

« Les “brûleurs   de frontières” vus par la presse algérienne », dans Orient XIX, 31 janvier 2017.

« Couple migratoire franco-algérien », dans Questions internationales, n°81, 2016. La documentation, p. 19-21.

« La pénalisation des “brûleurs” de frontières en Algérie », dans Après-demain, n°39, Juillet 2016, Après demain, p. 19-21.

« “Brûler” les frontières », dans Catherine Withol de Wenden, Frontières – Le catalogue de l’exposition, Magella & Cie, Musée national de l’Histoire de l’immigration, 2015, p. 94-97.

« Les politiques migratoires restrictives : une fabrique de harraga », Hommes & migrations, n°1304, 2013, p. 95-101.

[En collaboration avec Macarnea Nuno], « Les politiques mises en place par le Maroc envers ses ressortissants », Hommes & migrations, n°1303, 2013, p. 147-150.

« En Algérie partir se dit “brûler” », Moyen-Orient, n°13, 2013, p. 66-71.

« Algérie : des visas au compte-gouttes », Plein Droit – la revue du GISTI, n°93, 2012, p. 25-28.

« Musique populaire et imaginaire migratoire en Algérie », Diversité, n°164, 2011, p. 27-33.

« La société algérienne au miroir des migrations chinoises », Moyen-Orient, n°7, 2010, p. 46-52.

Rapports de recherche

« Politiques d’attraction des ressortissants résidant à l’étranger », IPEMED, 2013, 69 p. 

Chapitre d’ouvrage collectif

« “Brûler” les frontières : fuite ou contestation », dans Amin Allal et Vincent Geisser (dir.), Tunisie au présent : une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?, CNRS-Editions, à paraître 2018.

[Avec Monika Salzbrunn et Simon Mastrangelo], « Hope and disillusion. The Depiction of Europe in Algerian and Tunisian Cultural Productions about Undocumented Migration », dans Muriem Davis et Thomas Serres (dir.), North Africa and the Making of Europe: Governance, Institutions and Culture, Bloomsbury Academic Publishing, à paraître, à paraître 2018.

[Avec Monika Salzbrunn et Simon Mastrangelo], « Parcours migratoires de harraga tunisiens : entre contraintes et opportunités » dans Thomas Lacroix (dir.), Penser les migrations pour repenser la société, Presses Universitaires François-Rabelais, à paraître en 2018.

« Les autorités algériennes face aux “brûleurs” de frontières », dans Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Withol de Wenden, Migrations en Méditerranée, CNRS Editions, 2015, p. 167-179.

« Le désir migratoire des jeunes et sa concrétisation par el-harga », Identité et participation sociale des jeunes en Europe et en Méditerranée, L’Harmattan – Logiques sociales, 2013, p. 77-88. 

Comptes-rendus

Lahouari Addi, Chroniques d’une expérience postcoloniale de modernisation (Berzakh, 2012), Confluences Méditerranée, n°81, printemps 2012, p. 222-223.