Fabien Bièvre-Perrin

Photographie de Fabien Bièvre-Perrin

Chercheur post-doctorant LabexMed-Gerda Henkel

​Institut de Recherche sur l'Architecture Antique
IRAA - USR 3155

Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme

Courriel : fabienbp@hotmail.com

PROJET DE RECHERCHE

Le passé grec en France et en Italie aujourd’hui : un patrimoine politisé

La réception de l’Antiquité dans la culture contemporaine s’installe aujourd’hui lentement dans le paysage scientifique franco-italien. Les chercheurs s’intéressent de plus en plus à la présence de l’Antiquité classique dans les productions actuelles. Néanmoins, la politisation du patrimoine antique national ne fait pas encore l’objet de l’attention qu’elle mérite. À l’heure où le nationalisme et l’instrumentalisation du passé gagnent les pays européens, il est important de se pencher sur le rôle de l’Antiquité dans ces dynamiques.

Pour l’Italie, c’est au patrimoine indigène et grec du sud de l’Italie que je propose de m’intéresser : la Grande Grèce. Une partie de la réception de ces « biens culturels » passe par la culture populaire. Néanmoins, c’est au travers du tourisme et de la politique qu’elle se manifeste le plus ; l’Antiquité est considérée comme un passé prestigieux et fondateur d’identité régionale. Les deux bronzes de Riace, aujourd’hui exposés au Musée de Reggio Calabria, sont symptomatiques de l’ambiguïté des rapports des Italiens à ce patrimoine. L’ouvrage Sul buono e sul cattivo uso des Bronzi di Riace (Rome 2015) de Maurizio Paoletti et Salvatore Settis montre à quel point leur histoire depuis leur découverte est révélatrice de la politique culturelle italienne contemporaine. Entre recherche scientifique et attraction touristique, le statut qui leur est reconnu participe de la construction de l’identité nationale et de la démocratisation de la culture, ce qui amène les contributeurs du volume à souligner la nécessité de mener une ample réflexion sur la question de l’usage du patrimoine italien.

Mon projet porte sur la période la plus contemporaine et s’organise en deux volets. Dans la suite des travaux de S. Settis, j’étudie comment ce passé est valorisé en Italie et dans le Sud par le gouvernement national et les pouvoirs locaux. D’autre part, je souhaite ausculter en profondeur la façon dont deux villes, Reggio de Calabre et Tarente, misent sur leur passé grec et comparer leur approche à celle d’une autre fondation grecque : Marseille.

The Greek past in France and Italy today: a politicized heritage

The reception of Antiquity in contemporary culture is slowly taking hold in the Franco-Italian scientific landscape. Researchers are increasingly interested in the presence of classical antiquity in current productions. Nevertheless, the politicization of the ancient national heritage is still not receiving the attention it deserves. While nationalism and the instrumentalization of the past are taking over Europe, it is important to look into the role of Antiquity in these dynamics.

For Italy, it is the native and Greek heritage of southern Italy (Magna Grecia) that I propose to be study. In this part of Europe, the reception of these "cultural goods" passes through popular culture, nevertheless it is through tourism and politics that it manifests itself the most: Antiquity is considered a prestigious past and plays an important role in regional identitys. The two bronzes of Riace, today exposed to the Museum of Reggio Calabria, are symptomatic of the ambiguity of the relations of the Italians to this patrimony. The book Sul buono e sul cattivo uso by Bronzi di Riace (Rome 2015) by Maurizio Paoletti and Salvatore Settis shows how their history since their discovery is indicative of contemporary Italian cultural politics. Between scientific research and tourist attraction, their status contributes to the construction of the national identity and the democratization of culture, which brings the contributors of the volume to stress the need to carry out a broad reflection on the question of the use of Italian heritage.

My project focuses on the most contemporary period and is organized in two parts. Following the work of S. Settis, I will study how this past is valued in Italy and in the South by the national government and the local authorities. On the other hand, I want to take a closer look at how two cities, Reggio Calabria and Taranto, are relying on their Greek past and compare their approach to that of another Greek foundation: Marseille.

DISCIPLINE

Histoire antique

DOMAINES DE RECHERCHE

  • Pratiques funéraires dans le monde grec
  • Iconographique grecque
  • Réception de l’Antiquité

CURSUS

Qualifié aux fonctions de maître de conférence en section 21

ATER (2016-2018), département d’Histoire d’Aix-Marseille Université (AMU).

Doctorat (2009-2015) « Langues, histoire et civilisations des mondes anciens », Université Lumière Lyon 2, école doctorale 493 - Sciences Sociales.

  • Sujet : « Les monuments funéraires de Grande Grèce : recherches sur les marqueurs de tombes du Vème au IIIème siècle av. J.-C. », sous la direction de Sophie Bouffier (AMU).
  • Thèse soutenue à Lyon le 8 décembre 2015, devant un jury composé de Sophie Bouffier (AMU), Diego Elia (Università di Torino), Jean-Luc Lamboley (Université Lumière Lyon 2), Claude Pouzadoux (Centre Jean Bérard) et Agnès Rouveret (Université Paris Ouest Nanterre La Défense). Mention très honorable avec les félicitations du jury.

▪     Contrat Doctoral (2009 - 2012), Université Lumière Lyon 2, avec charge d’enseignement.

Master (2007-2009) « Archéologie et Histoire des mondes anciens », Université Lumière Lyon II.

Licence (2004-2007) « Histoire de l’Art et Archéologie » (+ DUESE 1), Université Lumière Lyon II.

Baccalauréat (2004) série littéraire, Lycée René Descartes (Saint-Genis-Laval, Rhône).

ACTIVITÉS DE RECHERCHE

  • Architecture et décor des tombes : recherches sur les marqueurs de tombes et le paysage funéraire en Grande Grèce et en Albanie antique
  • Iconographie : recherches sur l’iconographie funéraire en Grande Grèce ; publication des vases à figures rouges de la mission franco-albanaise d’Apollonia (Albanie) ; application de la photogrammétrie aux vases peints.
  • Réception de l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine : poursuite des activités d’Antiquipop, recherches sur la resémantisation politique du passé grec.
  • Participation à la mission archéologique franco-albanaise d’Apollonia d’Illyrie (Albanie)

PUBLICATIONS

Articles parus

  • « Esthétique et fonction du corps antique dans la publicité du XXIème siècle », dans Advertising Antiquity, numéro spécial de la revue Thersites, 6 (2018), avec É. Pampanay [en ligne].
  • « About the funerary landscapes of Magna Graecia. An archaeological approach », dans Atti e Memorie della Società Magna Grecia, V S., I (2016), p. 123-137.
  •  « 150 ans de recherche sur les marqueurs de tombe en Grande Grèce : bilan historiographique et mise en perspective historique », dans TOPOI 18 (2014), p. 347-365 [lire sur Persée].
  • « Black feminism, pop-music & Antiquité », dans D. Mrozek et F. Tamagne (éd.), Pop History, Blog für Popgeschichte / histoire sociale du rock / history of pop culture, 2017 [en ligne].

Articles à paraître (validés par le comité de lecture)

  • « Le tombeau de la contrada Faraone à Locres : une documentation inédite pour l’étude des naiskoi de Grande Grèce », dans MEFRA, 130/1 (2018), p. 5-27, avec M. Fincker (CNRS).
  •  « Un récit étiologique au service de l’Antiquité hollywoodienne : la théorie des anciens astronautes », dans V. Krings, C. Valenti (éd.), L'Antiquité imaginée : les références antiques dans les œuvres de fiction (XXe-XXIe siècles), Toulouse (2018).

Contributions à des publications collectives

  • Synthèse sur les clips musicaux pour le catalogue de l’exposition « Age of Classics. L'Antiquité dans la culture pop » (février-septembre 2019) au Musée Saint-Raymond (Toulouse) (à paraître).
    • Analyse : un fragment de vase à figures rouges représentant eros (description, datation…), dans S. Verger (éd.), Apollonia d’Illyrie, II, Rome (à paraître).
    • Dessin de céramiques : C. Batigne Vallet, « Production et diffusion de quelques catégories de céramiques en territoire Santon », dans SFECAG, 2012, p. 659-672.

Contributions à des actes de colloques

  • « I tumuli della Magna Grecia tra V e III sec. a. C.: realtà e simbolismo », dans C. Malacrino, S. Bonomi (éd.), Ollus leto datus est architettura. Atti del convegno internazionale di studi, Reggio Calabria, 2013. I. Dalla Preistoria all’ellenismo, Reggio Calabria, 2018, p. 47-52.
  • « Divas pop, reines et déesses antiques : la référence à l’Antiquité dans la pop-music des années 2000 », dans Antiquipop : la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine, Lyon. À paraître ( 2018). + introduction et conclusion du volume.
  •  « Un tombeau à la grecque ? De l’usage des marqueurs de tombes grecs par les élites indigènes de Grande Grèce aux IVe-IIIe s. av. nè », dans A. Huteau et S. Chevalier (éd.), Actes de la première rencontre des doctorants et jeunes docteurs sur l’Italie préromaine. Article soumis (Ausonius).
  • « Les marqueurs de tombes au sein du paysage funéraire italiote (Ve-IIIe s. av. J.-C.) », dans Ch. Mazet, D. Costanzo et V. Petta (éd.), Actes du colloque L’archéologie funéraire en l'Italie du Sud (fin VIe - début IIIe siècle av. J.-C.)”. Article soumis (Osanna Edizioni).
  • « Les reines d’Égypte et leur milieu dans la culture populaire contemporaine », dans V. Barrière (éd.), Antiquaires et archéologues d’antan : une histoire de l’intérêt pour le passé antique de la Renaissance au XXe siècle- 2e édition. Article soumis (Anabases).

Entretien

« Culture populaire et Antiquité : de Cléopâtre à Katy Perry. Entretien avec François de Callataÿ (Royal Library of Belgium) et Pierre Briant (Collège de France) », dans Antiquipop : la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine, Lyon. À paraître (2018).

Direction d’ouvrages

  • « Iconographie en situation : images, supports et contextes en Grande Grèce », Cahiers du Centre Jean Bérard. Le manuscrit sera remis à l’automne 2018.
  • « Antiquipop : la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine. Actes du colloque, 26-28 mai 2016, Lyon », Travaux de la Maison de l’Orient, à paraître en 2018 aux éditions de la Maison de l’Orient (MOM éditions), dir. avec É. Pampanay.

Carnets de recherche

  • Klinai /klinai.hypotheses.org/ : outils et références pour l’étude du funéraire en Grande Grèce et en Étrurie / veille scientifique. Avec A. Huteau.
  • Antiquipop /antiquipop.hypotheses.org/ : articles sur la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine (60 articles, dont 21 comme auteur, en français et en anglais) / veille scientifique. Carnet accompagné d’événements scientifiques et grand public (voir plus bas).

Comptes rendus

  • « R. H. Fritze, Egyptomania. A History of Fascination, Obsession and Fantasy, Londres, 2016 », dans Anabases, 26, 2017 [en ligne].
  • « U. Kästner, D. Saunders (éd.), Dangerous Perfection: Ancient Funerary Vases from Southern Italy, Los Angeles, 2016 », dans Histara, les comptes rendus [en ligne].
  • « Cronaca del simposio Antiquipop: l’Antichità nella cultura popolare contemporanea », dans Bolletino di studi latini, XLVI, 2016, f. II, p. 798-801, avec A. Delassiaz.
  • « K. Kaderka (éd.), Les Ruines. Entre destruction et construction de l’Antiquité à nos jours, Paris, 2013 », pour Histara, les comptes rendu [en ligne].
  • « A. Hermary, C. Dubois (éd.), L’enfant et la mort dans l’Antiquité. III. Le matériel associé aux tombes d’enfants, Paris, 2012 », pour Histara, les comptes rendus [en ligne].

Poster

« Marquer l’espace, le temps et les esprits : les monuments funéraires italiotes (Ve-IIIe siècles av. J.‑C.) », exposition de posters à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Lyon : 4/16.