CHROMED

Fig. 4

Entrée de la grotte de Bismoune (Maroc)

Chronologie et dynamiques des peuplements préhistoriques méditerranéens et atlantiques au Maroc

Une des questions centrales de l’évolution humaine concerne les origines africaines et l’expansion du genre Homo au début du Pléistocène, mais la dispersion d'Homo sapiens et le timing de sa présence dans le nord de l’Afrique restent encore problématiques. C’est pourquoi l'Afrique du Nord-Ouest et, en particulier, la façade maritime méditerranéenne ainsi que le littoral atlantique du Maroc constituent des régions clés dans les cultures qui lui sont associées: Middle Stone Age (MSA) représenté en grande partie par l’Atérien avec des pièces pédonculées et ibéromaurusiennes couvrant une partie du Paléolithique supérieur (LSA). Les gisements MSA/LSA s’étendent sur une période de 300 000 à 10 000 ans BP et les résultats les plus marquants ont été obtenus à partir de sites marocains. À la différence de la rive nord européenne de la Méditerranée, ces phases culturelles se sont développées exclusivement avec l’Homme moderne. Une autre caractéristique distinctive correspond à l’apparition précoce des objets symboliques et d’autres éléments du comportement moderne en plein MSA/Paléolithique moyen environ 50 000 ans BP avant leur apparition en Europe. Malheureusement, les gisements archéologiques couvrant l’ensemble du Pléistocène supérieur sont relativement peu nombreux et très peu ont fait l’objet de campagnes de datations.

ChroMed propose de pallier à cette lacune dans l’Axe 1 en combinant différentes méthodes de datations. Il s’agira d’établir un cadre chronologique robuste attendu par la communauté des africanistes, sur la base d’environ 70 niveaux/horizons stratigraphiques soumis à datations dans 3 séquences archéologiques exceptionnellement bien conservées dans des contextes biogéographiques différents : la grotte de Bizmoune située dans un djebel de basse montagne, les grottes d’El Khenzira en contexte littoral atlantique, la grotte des pigeons à Taforalt près de la façade méditerranéenne en moyenne montagne.

Au cours du Pléistocène, ces biomes terrestres se sont probablement profondément modifiés constituant ainsi des paléo-écorégions différentes largement soumises à la rythmicité des épisodes plus ou moins froid de la dernière glaciation comme en témoigne l’arrivée de grands mammifères d’origine strictement eurasiatique sur le sol africain. Il s’agira donc d’identifier dans l’Axe 2 les phases climatiques rigoureuses des stades isotopiques 2, 4 et 6, ou celles plus humides et tempérées des stades 3 et 5 et d’estimer dans quelle mesure elles ont pu impacter les espèces de mammifères dans leur distribution géographique.

Les groupes humains seront au cœur de l’Axe 3 et les dates, pour le début de la culture atérienne au Maroc à environ 145 000 ans BP et autour de 29 000 ans BP pour la phase la plus récente, seront testées dans les niveaux anciens des gisements. A Bizmoune et El Khenzira les niveaux ibéromaurusiens on cherchera à déterminer si cette culture est apparue au sud de façon plus rapide qu’on ne l’imaginait. Pour les niveaux les plus anciens, la recherche d’indices de comportements « modernes » sera systématique.

L’opportunité qu’offre ChroMed d’une approche chronologique et paléo-environnementale globale avec les Axes 4 et 5 est essentielle car tous les sites récemment fouillés sont exclusivement concentrés le long de l'étroite bande de terre entre les montagnes de l'Atlas, du Rif et le littoral, près de Casablanca, Rabat et de l’Oriental. Ces deux axes s’attacheront à restituer la dynamique paléogéographique du corridor côtier méditerranéen et atlantique en ciblant les grands enregistrements du Pléistocène supérieur grâce à l’analyse combinée des données de la géomorphologie et de la géomatique à haute résolution.

Responsable

Philippe Fernandez (LAMPEA, UMR 7269)

Laboratoire partenaire LabexMed

LAMPEA (UMR 7269), voir la fiche projet-> http://lampea.cnrs.fr/spip.php?article3681

Institutions partenaires extérieures

Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine du Maroc (INSAP), Arizona University (Center for Mediterranean Archaeology and the Environment), ESPACE (UMR7300), Laboratoire de Recherches et d'Analyses Techniques et Scientifiques, Laboratoire de Biométrie et Biologie Évolutive (UMR 5558), MaxPlank Institute for Evolutionary Anthropology (Department of Human Evolution, Leipzig), Museum National d'Histoire Naturelle (UMR 7194), Université Hassan II de Casablanca, Universidad de Málaga (Departamento de Ecología y Geología), Universidad de las Palmas de Gran Canaria (Departamento de Ciencas Historicas), University of Sheffield (Department of Geography).

Contact

Phlippe Fernandez, philippe.fernandez@univ-amu.fr